2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 11:21
Freelance oui! Auto-entrepreneur, non!

Dans un milieu particulièrement concurrentiel où les offres sont peu nombreuses et le turnover élevé, certains envisagent de se mettre en freelance par choix ou par défaut. La plupart choisit le statut d'auto-entrepreneur car il semble être la solution la plus simple et rapide là où d'autres créeront leur propre entreprise (SARL, etc...). Or, il est difficile de faire vivre une entreprise et le statut d'AE est limité.

C'est pourquoi, lorsque je me suis entretenue avec Catherine Brafine, j'ai sauté sur l'occasion de partager avec vous son expérience d'Attachée de Presse freelance. En effet, celle-ci est "gérante" ET "salariée" de sa propre activité. Comment? Rencontre avec la personne concernée...

 

Qui est Catherine Brafine?

Catherine Brafine, 30 ans. Je suis Consultante en Communication Globale et « parisienne » depuis 10 ans. Après des classes préparatoires littéraires et l’obtention d’un double DEUG en histoire et géographie, j’ai intégré une école de commerce. Ce choix d’orientation me permettait d’avoir accès à des débouchés importants comparativement à la filière littéraire.

 

1. Quand et pourquoi t'es-tu lancée à ton propre compte?

Il y a 4 ans, je travaillais au sein d’une agence de RP anglaise dans laquelle j’ai appris les bases du métier suite à mon master en Marketing / Communication. L’expérience fut enrichissante car j’ai été très vite en charge de comptes et je travaillais, entre autres, avec des équipes anglaises et des clients européens. Toutefois, n’ayant pas de perspectives d’évolution dans l’agence en question et ayant rapidement fait le tour des missions, j’ai décidé de me lancer à mon compte après une formation à la création d’entreprise.

Les raisons à l’origine de ma création d’activité étaient multiples :

- Je ne voulais plus faire que des RP et il est difficile de changer d’orientation une fois qu’on a commencé dans un domaine précis….Les agences et annonceurs ont du mal à vous confier de nouvelles missions.

- J’avais envie de « toucher à tout » de par ma formation généraliste en école de commerce et, me lancer à mon compte me donnait la possibilité de faire de la relation commerciale, de la gestion et le plus important de la communication 360° (RP, événementiel, communication digitale).

- En étant à mon compte, je pourrais laisser libre cours à ma créativité en termes de nouveaux projets sans me soucier d’une quelconque hiérarchie.

- Quand on est à son compte, on a la liberté de gérer son emploi du temps et les projets comme on le souhaite tout en tenant compte des dealines et des besoins des clients.


2. Quelle solution as-tu choisi? Pourquoi?

Après un an en couveuse d’entreprise (boutique de gestion de Paris), permettant de tester l’activité à taille réelle, j’ai décidé d’intégrer une coopérative d’entrepreneurs salariés. http://www.coopaname.coop/. J’avais beaucoup entendu parler de cette façon d’entreprendre par d’autres porteurs de projets / entrepreneurs et leur expérience m’avait parue convaincante. De plus, le grand saut vers l’immatriculation me paraissait un peu prématuré car les premières taxes apparaissent vite sans qu’on ait l’assurance d’avoir fait rentrer suffisamment d’argent.  Les autres raisons de mon choix sont grandement liées aux avantages que présente la Coopaname.


3. Quels sont les avantages de cette coopérative?

Entre autres avantages, il y a :

- La possibilité de se concentrer sur le projet d’entreprise car toute la partie administrative, comptable et fiscale est gérée par la coopérative en contrepartie de 10% du CA reversés.

- Nous bénéficions d’un accompagnement par un conseiller et de formations dans différents domaines (comptabilité, gestion, communication, etc.).

- Nous avons un statut de salarié (contrat CDI) qui nous permet de bénéficier des mêmes avantages qu’un employé tout en étant indépendant sur la gestion des projets.


4. Les inconvénients?

- La difficulté pour certaines personnes à comprendre ce qu’est véritablement ce statut d’entrepreneur-salarié. Encore peu connu en France, il n’est pas toujours facile de l’expliquer aux autres.

- La gestion des factures ou tout investissement dans des projets peut prendre du temps car il doit y avoir une validation systématique de la Coopaname.

- Dans le cadre du développement de l’activité qui nécessiterait de recruter du personnel, il peut être compliqué de l’envisager dans le cadre de la Coopaname.


5. As-tu des recommandations pour ceux ou celles qui souhaiteraient tenter l'expérience?

C’est une bonne façon d’entreprendre sereinement en se concentrant véritablement sur le projet surtout si on a du mal avec tout ce qui est paperasse administrative. Avant de pouvoir intégrer la coopérative, il suffit de l’appeler pour participer à une réunion d’informations afin d’avoir tous les renseignements nécessaires. Cela permet de savoir si le format colle avec le projet d’entreprise mais aussi avec la personnalité de la personne qui souhaite se lancer.

 

Merci beaucoup Catherine pour ces précieuses informations!

Son site Internet : http://bbcommunities.fr/

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans RP
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 15:39

114935792.jpg

 

Un nombre croissant de jeunes marques / entreprises se penchent sur leur besoin de communiquer autour de leurs produits et/ou services afin de développer leur image sur un marché compétitif (et soutenir les actions des agents commerciaux). Or, il s'agit d'un cercle presque vicieux; car il faut un budget pour communiquer et il faut communiquer pour dégager du budget. Ainsi, certaines sont amenées à devoir faire le compromis de se lancer dans une campagne de Relations Presse "faite maison" sans idée précise des étapes à respecter. Voici ainsi un petit guide pour bien démarrer :

 

1. Déterminer votre positionnement en terme d'image : êtes-vous une marque de luxe? haut de gamme? moyenne gamme? bas de gamme? La qualité de vos produits, vos prix et votre réseau de distribution vous permettront de commencer à répondre à ces questions. Quelle cible de presse vous intéresse? Ipso facto, quel(le) consommateur/rice? Quel est son profil? Quel est votre message? Vos valeurs? Votre histoire?

Si vous ne pouvez pas répondre à toutes ces questions avec une réponse précise et sûre, vous n'êtes probablement pas prêts.

 

2. Développer des outils de communication : look book, catalogue, dossier de presse corporate, communiqués, visuels HD, papier, CD ou clé USB? Etc... Pour bien démarrer, vous avez besoin d'outils à envoyer à la presse pour les informer, pour leur faire découvrir vos produits, vos collections. Le look book - notamment dans la Mode - est d'une importance capitale. Il asseoie l'image de la marque de par la qualité du papier, de l'image photo, le choix du ou des mannequins, la mise en valeur des produits... Il permet de frapper fort et laisser une impression auprès des journalistes.

 

3. Cibler la presse : Encore une fois, il faut pouvoir déterminer quelle publication véhiculera le mieux l'image de votre marque. NE JAMAIS COMPROMETTRE VOTRE IMAGE EN PRIVILEGIANT LA QUANTITE A LA QUALITE! Il vaut mieux paraître moins souvent dans la presse mais dans des sujets ou des séances photo de qualité dans de belles publications, plutôt que de penser "Marketing" dans le mauvais sens du terme et paraître dans le premier canard venu qui veut bien parler de vous. Ex: Pensez CHANEL : Vogue, Numéro, L'Officiel, Madame Figaro... Certainement pas : Closer, Public, Prima ou Avantages qui ne sont pas la cible.

 

4. Réaliser un fichier de contacts presse : Pas évident lorsque vous n'avez pas les ressources d'un(e) Attaché(e) de Presse, mais faisable à petite échelle. Acheter la presse qui vous intéresse et récupérer ce que l'on appelle "l'ours"; il s'agit de l'index répertoriant les contacts de la rédaction avec adresses email et numéros de téléphone. N'hésitez pas à appeler la rédaction pour demander le nom et l'email de la personne en charge de la rubrique qui vous concerne si l'info n'y apparait pas.

 

5. Maintenir sa visibilité : Vous avez des actualités pertinentes ou des produits qui correspondent aux tendances de la prochaine saison, n'hésitez pas à envoyer un communiqué aux journalistes qui attire l'oeil et sans fioritures. Ne les harcelez pas toutes les semaines. Prévoyez en moyenne 1 CP maximum par mois. Votre relationnel aura plus d'impact qu'un CP au début car il faudra vous faire connaître de vive voix ou en personne avant que vos CP disent quoi que ce soit à qui que ce soit. Le contact humain (= relance téléphonique, RDV, tournée des rédactions) avec la presse vous distinguera. Pas un email.

 

6. Travailler votre présence en ligne : Twitter, Facebook, Google+, Pinterest... Si vous devez être online - et je vous le conseille - réfléchissez au pourquoi du comment. Trouvez votre ton, votre voix. Choisissez votre plateforme avec pertinence. Alimentez vos réseaux sociaux avec un contenu exclusif à chacun et régulièrement. Important : vous ne passerez pas à côté des Facebook Ads, Google Adwords, et autre promotion d'article/tweet. C'est un investissement qui peut vous apporter beaucoup!

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans RP
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 12:13

165567805.jpg

 

Récemment, j'ai longuement réfléchi à l'influence d'une agence RP ayant pignon sur rue (connue et reconnue) versus une agence RP classique. Par "classique", je pense "généraliste" B to C de type PMO dont le nom n'est pas su de tous. J'ai observé en passant d'une agence à l'autre, que le rapport entre l'agence et les journalistes dépendait beaucoup (principalement) des marques dont elle s'occupe, certes, mais aussi de sa réputation et de son adresse. Or, tout est intimement lié. Voici ce que j'ai observé...

 

Je pensais, visiblement à tort, que la presse ne se déplaçait plus dans les agences RP. Je n'ai pas honte de dire que j'étais mal informée. Il existe des différences fondamentales entre une agence qui traite des demandes en one-to-one et une agence qui traite principalement les demandes par mail et téléphone.

 

1. Les marques:

Si une agence RP, dans le milieu de la Mode, possède des clients connus, les journalistes seront bien entendu plus prompts à venir dans ses locaux. Or, si vous avez des marques très connues, cela permet aux marques plus confidentielles d'avoir une chance d'attirer l'attention des stylistes qui vous rendent visite. Si vous voulez une chance de vous faire un nom dans les RP, il vous faut 1 ou 2 marques de Mode féminine connues (et annonceurs si possible). Non seulement votre réputation se répendera plus facilement auprès de la presse mais la Mode féminine est votre porte d'entrée auprès de la majorité des journalistes/stylistes. De même, il ne faut surtout pas hésiter à collaborer avec les titres plus pointues ou étrangers car ces derniers employent une foule de freelances talentueux qui se déplacent sans arrêt.

 

2. L'adresse:

Une agence excentrée (ex: périphérie, région parisienne), quelque soit sa taille, aura peu de trafic voire aucun si elle n'a pas des marques qui sont en forte demande. Les agences dans lesquelles vous verrez le plus de journalistes sont dans le centre de Paris. A travers des témoignages et mon vécu, je constate que les journalistes n'ont pas de problème à se déplacer pour une visite au showroom ou un RDV presse si vous êtes dans le centre, là où d'autres agences moins bien situées et moins connues ont un taux moins élevé de "pénétration" auprès des journalistes. Les demandes, ici, seront traitées par téléphone et mail; ce qui dans l'absolu n'est pas préjudiciable. Sauf que notre métier reste basé sur le relationnel avant tout et que de rencontrer les journalistes en personne facilitent grandement la collaboration. Rencontrer les stylistes, discuter, faire connaissance, mettre un visage sur un nom, est sans conteste un boost pour les "affaires". C'est pourquoi je mets aujourd'hui plus que jamais l'accent sur l'importance du relationnel. Il ne faut pas hésiter à se déplacer, proposer un RDV à l'agence ou dans le centre...

 

3. La réputation:

Comme je l'ai mentionné plus haut, tout est lié. Si les clients, l'adresse et le contact sont "là", votre réputation vous assure un meilleur contact avec la presse. Duh! Les journalistes sont plus ouverts à l'idée de vous rendre visite ou de vous rencontrer dans un autre registre. De même, les marques leaders poussent les marques moins connues vers le haut. Il revient ensuite aux Attachés de Presse de veiller à ce qu'ils aient une chance égale face aux opportunités en presse. Lorsque vous vous présentez venant d'une agence qui a pignon sur rue, vous serez bien mieux accueilli que si vous veniez d'une agence moins connue. Mon expérience actuelle vaut pour preuve indéniable.

 

Ce constat n'est que cela: un constat. Cela n'enlève en rien le professionnalisme d'agences RP qui ne remplissent pas l'intégralité de ses critères. Comme je le dis, ce métier est un métier d'hommes et de femmes. Le contact humain reste la qualité première d'un(e) Attaché(e) de Presse. Le reste devrait être secondaire. Or, il aide.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans RP
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 12:06

ppiNK83L.jpeg

 

Depuis le 27 Janvier 2014, j'ai rejoint l'équipe de Laurent Suchel Media & Communication; bureau de presse Mode & Accessoires en qualité d'Attachée de Presse Senior. Je suis notamment en charge des marques suivantes: Agent Provocateur, Elisabetta Franchi, Vic Matié, Sonia Delaunay et Secret Spirit. L'agence parisienne s'occupe également des relations presse de Dsquared2, Patrizia Pepe, Dirk Bikkembergs, Unity, Patrick Moulin, De Rigo; Police Eyewear.

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans ePORTFOLIO
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 11:36

Image-1.jpg

 

À découvrir dans le Hors Série n°3 de "Communication & Entreprise" dédié au palmarès des 27ème grands prix 2013, un petit paragraphe sur moi. J'étais finaliste pour le prix de la personnalité e-communicante et ils ont été gentils de mentionner mon nom dans leur magazine. Encore bravo à Dominique Piotet qui a raflé la récompense! Well played, Sir!

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans PRESSE
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 12:29

Brief.jpg

 

Ne manquez pas le dernier n° de Brief Magazine (novembre 13) et leur dossier sur les Relations Presse. L'article contient notamment une citation de moi.

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans PRESSE
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 10:47

aae1ba6123

 

Je suis l'une des 12 nominés au prix de la personnalité e-communicante de l'année. Votre soutien est très important - chaque vote compte! Pour voter pour moi, c'est par ici : GO! Merci!

 

EDIT : Je figure parmi les finalistes! Je tenais à vous remercier de votre soutien. À suivre pour le résultat!

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans ePORTFOLIO
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 10:30

Kelly-Cutrone-pan_3207.jpg

 

Kelly Cutrone est une Attachée de Presse Mode reconnue dans le Monde entier et la fondatrice de l'agence People's Revolution (New York, USA). Elle a sorti deux livres, possédait en 2010 une émission de télé réalité appelée "Kell on Earth", est apparue dans les séries "The Hills" et "The City" sur MTV, et est actuellement juge dans America's Next Top Model aux côtés de Tyra Banks, Rob Evans et Brian Boy.

Kelly Cutrone is a world-renowned Fashion Publicist and the owner of People's Revolution (NY, USA).

Between us, it all started with a tweet...

tweet.png

Introduction : podcast (en anglais / in English)

 

 

1. Dans votre ancienne émission de télévision (2010) sur la chaîne américaine Bravo, "Kell on Earth", nous vous suivions lors de la Semaine de la Mode et il était évident que vous êtes généralement investie dans chaque aspect de la Communication de vos clients. Du placement de produit et des interviews au défilé de Mode. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous faites exactement chez People's Revolution?

Nous sommes une agence de Relations Presse, Marketing et Production. Nous avons, avec les années, ajouté ces services supplémentaires qui vont au-delà de la Communication par nécessité. Par exemple, disons que nous avons comme client une marque qui produit de très beaux pulls en cachemire. Cependant, leur image n'est pas bonne. Ils n'ont pas d'histoire à raconter à part qu'ils aiment ce qu'ils font. Ce qui n'est évidemment pas suffisant aux yeux de la Presse. Ils ont besoin de meilleurs look books, de meilleurs mannequins, etc. Pour y remédier, nous devons leur demander ce que leur marque a à offrir, quelles sont leurs attentes en terme d'image, et nous demander ce que nous pouvons faire pour eux afin de répondre à ces attentes. Ainsi, en tant que professionnels, nous ne pouvons pas nous concentrer sur une chose en particulier. Nous devons étudier leur production, juger de la qualité des produits, voir si le packaging est approprié, le discours de la marque, leur réseau de distribution, etc... S'ils vendent dans des lieux différents, nous devons savoir pourquoi car la Communication et le Commercial travaillent main dans la main pour cibler le type de presse qui véhiculera le mieux l'image de la marque.

Quant aux défilés de Mode, pourquoi ne voudrions-nous pas être en contrôle de l'image de la marque que nous représentons ou être responsables pour tous ceux qui en parlent dans les Médias? J'ai travaillé avec beaucoup de Maisons à Paris et lorsque l'on est Directeur de la Communication, on s'assoit avec l'équipe Marketing, celle du casting, le créateur... Un Directeur de la Com' est probablement plus proche du Directeur Artistique que n'importe qui d'autre. Il doit savoir qui sera le directeur de casting, qui s'occupera de la coiffure et du maquillage, qui sera au premier rang, quelle sera la scénographie... C'est pourquoi nous avons décidé d'organiser les défilés. C'est plus pratique pour le client de confier toutes ces tâches à une seule et même agence. De même, toutes les agences ne sont pas toujours sérieuses ni sympathiques. Pourquoi est-ce qu'un client devrait prendre le risque de passer une mauvaise semaine et gérer tous ces détails stressants lorsque nous pouvons le faire pour lui? Ainsi, il peut se concentrer sur le principal: présenter un super défilé.

Enfin, je veux être fière de ce que je fais. Et pour être bon à ce que l'on fait, il faut comprendre l'intégralité du business.  


1. In your former TV show (2010), Kell on Earth, we followed you during Fashion Week and it was clear that you are involved in all aspects of your clients’ brand image. From product placements and interviews to Fashion shows. Could you explain exactly all that you do at People’s Revolution?

We’re a press and marketing branding production company. We have, over the years, added these extra services that go beyond communication out of necessity. For example, let’s say we have a company which produces very nice cachemire sweaters. However, their image isn’t good. They don’t have a good story to tell other that they like what they do. Which isn’t what the press is looking for. They need better look books, better models and so on. To remedy that, we must ask them what their brand is all about and ask ourselves what we are going to do to make them into the brand they want to be. Thus, as professionals, we can’t look at just one thing. We must look at the production, the quality of the goods, whether the packaging is appropriate, the wording – what are the talking points – where are they selling, etc… If they’re selling in different places, we need to know why because the communication people and retails people work hand in hand to know  which publications in those areas are the most appropriate.

Regarding the shows, why wouldn’t we want to be in control of the image we’re creating for a brand and be responsible for the ones talking about it? I’ve worked with a lot of Fashion Houses in Paris and when you’re a communication director, you sit with the marketing team,  the casting people,  the designer… A communication director is probably closer to the creative director than anyone else. There’s always talk about who’s going to be the casting director, who’s going to do the hair and make up, what’s going to happen with the front row, who’s going backstage, what’s the scene going to be like… That’s why we decided to produce the shows. Because it is easier for a client to have one company taking care of all of this. Besides, not all companies are reliable or simply nice. Why would a client want to be put through all this trouble and risk having a bad week when we can do all of this and let them focus what’s important to them : having a good show.

Finally, I want to be proud of what I do. And in order to be good at what you do, you need to understand the whole business.

 

2. Nous avons eu l'occasion d'en découvrir plus sur votre vie et votre carrière en tant qu'Attachée de Presse et Chef d'entreprise lorsque vous avez publié votre premier livre "If you have to cry, go outside" qui est également votre mantra. De plus, nous avons la chance de vous voir dans différentes émissions de télé réalité et votre entourage vous décrit comme étant exigente, brutalement honnête et franche. Quelle est votre philosophie en tant que Manager?

Être un leader, un Manager, doit venir naturellement. Je ne suis pas un coach de vie. Je ne suis pas thérapeute ou une maman pour mes employés. Lorsque vous travaillez avec une équipe, vous devez vous attendre à gérer différentes personnalités et ajuster votre comportement en fonction. Les gens ont des nuances qu'il faut apprendre à saisir et vous devez comprendre les motivations de chacun. Surtout, ils doivent comprendre que vous attendez d'eux qu'ils fassent leur job. Quoiqu'il se passe dans leurs vies privées, cela doit rester en dehors du bureau. C'est comme je le dis "If you have to cry, go outside" (Si tu dois pleurer, tu sors dehors), mais lorsqu'il est temps de travailler, tu fais ton job.

2. We’ve been able to have some insight into your life and your career as a Fashion Publicist and a female CEO when you published your first book titled « If you have to cry, go outside » which is also your motto. Moreover, we got the chance to see you in action in different reality TV shows and people describe you as demanding, painfully honest and direct. What is your philosophy as a manager?

Being a « leader » - a manager - should come naturally. I’m not a life coach. I’m not a therapist or a mom to my employees. I’m a boss. When you work with people, you should expect different personnalities and adjust your behavior accordingly and always be fair. People have nuances that you need to learn and you must understand their motivations. Primarily, they need to know that you’re expecting them to get the job done. Whatever happens in their private lives should stay out the office. Like I say « If you have to cry, go outside » but when it’s time to work, you must get the job done.

 

3. Ces dernières années, en France, nous avons souffert de réductions significatives des budgets RP à cause de la crise économique. Avez-vous souffert de la même baisse d'investissements aux États-Unis?

Absolument. Non seulement nous avons souffert de la crise, mais beaucoup d'agences RP avaient parmi leurs clients de jeunes créateurs qui n'existent plus à ce jour.  

3. These last few years, in France, we’ve suffered some serious cutbacks when it comes to P.R budgets because of the economic crisis. Have you suffered the same decrease of P.R investments in the US?

Definitely. Not only have we suffered from that but a lot of  the business that the P.R companies in the US have are from many young companies, like new designers – cooler, younger, newer, more entrepreneurial designers – and most of them don’t even exist anymore.


« P.R is an undervalued and misinterpreted profession. »

 

4. Qu'attendez-vous des gens qui travaillent pour vous? Avez-vous des critères particuliers que vous recherchez dans tous vos employés?

Pas vraiment. J'attends d'eux qu'ils fassent le travail pour lequel je les ai embauché et pour lequel ils sont rémunérés. Si vous travaillez à People's Revolution, cela signifie: être gentil avec vos collègues, aider ceux qui débutent ou ont besoin de rattraper un retard... Je crois beaucoup au travail d'équipe. Surtout, je souhaite qu'ils fassent leur job. Les gens dans cette industrie parlent beaucoup mais s'ils ne font pas leur travail, vous ne serez pas contents. Donc, ils ont besoin de faire leur boulot correctement, de travailler dur, d'aider et de se respecter les uns les autres ainsi que l'agence qui les a engagé. Ils doivent prendre soin de leur image parce qu'ils représentent People's Revolution. 

4. What do you expect from the people working for you? Do you look for special traits in your employees?

Not really. On some level, I expect them to do the job I hired them to do and for which they’re paid for obviously. If you work at People’s Revolution, it means being kind to your co-workers, help people when they commence, when they need to get caught up… I’m a big believer in teamwork. Mostly, I want them to do their job. People in this industry do a good talk but if they can’t do the work, you won’t be very happy. So, they need to be able to work hard, execute well, help and respect each other and the company that hired them and take care of their own image since they represent People’s Revolution.

 

5. Avez-vous des conseils à donner aux jeunes professionnels qui envisagent une carrière dans les RP?

Il faut faire les bons choix, travailler dur et bien et savoir gérer la pression. Vous devez saisir toutes les opportunités pour travailler en commençant avec les stages. Même si cela signifie commencer par un stage avant de décrocher un premier emploi. Si vous voulez une carrière, vous devez vous investir à 100% et être persévérant. 

5. Do you have tips for young professionals who consider a career in P.R?

You need to make good choices, work hard and well and handle the pressure. You must grab any opportunity to work starting with internships, even if it means you need to go through this process before getting hired. If you want a career, you need to put your heart into it and be driven.

 

Un grand merci à Kelly Cutrone pour cette interview!

 

Vu que la vidéo YouTube n'est pas fidèle à l'originale, retrouvez les livres de Kelly Cutrone ci-dessous en cliquant sur les liens:

Since the YouTube video didn't exactly stick to the original one, you'll find Kelly Cutrone's books below by clicking the links:


kelly-cutrone1.png     kelly.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans DÉBATS RP
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 10:41

200451550-001.jpg

 

L'une des missions d'un(e) Attaché(e) de Presse, que ce soit en agence ou en interne, est d'organiser et gérer les événements presse. Comprendre: les événements à l'attention de la presse. Il arrive que des clients ouvrent une nouvelle boutique ou un pop up store ou un espace éphémère. Comment communiquer sur le sujet "en bref"?

Il y a une cible de presse qui s'intéresse à ce type d'actualité (envoyer un CP + visuel): les rubriques "Agenda", les actus "Boutiques" (souvent la presse pro), la presse locale (ex: pour Paris, des magazines tels que Where, Paris Capitale, Côte Paris...) et la presse spécialisée. Internet également car le "time frame" leur permet de couvrir ce type d'événements (ou les annoncer) plus facilement si l'info est diffusée tard. Il suffit de feuilleter la presse et vous trouverez des publications qui couvrent ce genre d'actualité.

Or, votre client décide d'organiser un événement. Celui-ci sera à destination de sa clientèle VIP, son réseau ET la presse. S'il s'agit d'une marque qui a pignon sur rue - disons Chanel - les journalistes se déplaceront. S'il s'agit d'une marque inconnue qui se lance, il y a moins de chance. Il faut donc miser sur le contenu de la soirée, mais encore une fois, une marque émergente ne peut pas tout se permettre et les journalistes choisissent leurs événements avec parcimonie. S'il s'agit d'une boutique multi-marques, je ne compterais pas dessus. Cela n'a pas d'intérêt journalistique pour la presse à moins qu'il y ait un concept complètement nouveau et inédit.

Ainsi, après avoir prévu des animations (soit un programme pour la soirée), votre rôle est d'inviter la presse. Vous pouvez ici choisir une cible plus large. S'il s'agit d'une boutique de mode - en nom propre -, vous pouvez inviter la presse Mode (ex: féminine, masculine...en fonction de la cible) et les blogueu(r/se)s. S'il s'agit d'un pop up store beauté, la presse Beauté (voire même Design si l'espace est arty), etc. Et ainsi de suite.

Si votre client vous demande à présent d'inviter des célébrités, attention, cela représente un budget. Pensez à contacter les agents artistiques et/ou RP de ces dites personnalités. Ces derniers vous feront une liste de propositions à faire valider par votre client. Toutes ces personnalités doivent être contactées pour accord et confirmer qu'elles seront disponibles à la date de l'événément. Cela représente un budget supplémentaire car il faut compter: honoraires pour l'agence, cadeaux pour les VIP, voitures / taxis de location... Ici, vous pouvez inviter la presse people, des photographes, la TV, etc... à qui vous fournissez la liste des personnalités qui seront présentes à la soirée en amont. Vous remettez les cadeaux aux VIP après l'événement en RDV one-to-one.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans RP
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 14:52

102263449.jpg

 

Marre d'envoyer des mails qui passent dans les spams? Pire, qui n'arrivent pas à destination parce qu'ils sont trop lourds? Pire encore, qui sont supprimés direct par les journalistes parce qu'ils encombrent leurs boîtes de réception, et dont les pièces jointes ne sont jamais ouvertes?

Aujourd'hui, les journalistes n'ont qu'un mot à la bouche : WeTransfer. Alors, ceci n'est pas une pub pour le site de téléchargement de fichiers, mais force est de constater que WeTransfer est LE nouvel outil incontournable. Capable d'envoyer (gratuitement) jusqu'à 2Go de fichiers à un destinataire qui ne reçoit qu'un simple lien à télécharger : ça change la vie!

Non seulement les journalistes savent que s'il y a WeTransfer, il y a fichier à télécharger mais le processus est simple, relativement rapide et peu encombrant. Il télécharge, il enregistre. Hop! Pas besoin d'attendre qu'un mail arrive à destination ou de trier ses spams. Un mail > un lien > un enregistrement. Sans compter le temps que nous, RP, gagnons. Une fois le lien crée, il suffit de le copier coller et hop, plus besoin de vérifier que le mail est arrivé à destination, de perdre du temps à transférer des mails "type" trop lourds et longs, et de relancer les journalistes pour veiller à ce qu'ils aient bien reçu l'info. Pourquoi? Parce que nous recevons une confirmation que le lien a été envoyé et une que le document a été téléchargé.

Si vous cherchez à améliorer vos performances, à gagner en temps et productivité, WeTransfer est un atout pour travailler car il est facile et efficace et apprécié des journalistes. YouSendIt est SO OUT! WeTransfer est SUPER IN!


Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Published by Pauline Savary - dans RP
commenter cet article

  • : Bienvenue! J'ai crée ce blog dans le but d'illustrer mon travail en tant que Consultante en Relations Presse, de débattre de thématiques d'actualité RP et de répondre à certaines interrogations de la part de futurs professionnels quant à leurs choix d'études et de carrière. Si vous désirez davantage d'informations, n'hésitez pas à me contacter et/ou à laisser vos commentaires! Crédits photo: Getty Images
  • Contact

rss-2.png    logo-hellocoton-001-copie-1.png    logo.jpg    93424-facebook-logo-icone.jpg    big-p-button    Linkedin_icone-copie-1.png 

Blog littéraire

featherandink2013

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog